ACCUEIL - Fiches techniques - Marc

Marc

[INTRODUCTION] [PLAN - RÉSUME] [DATE] [TEXTE]
 
 

lunettes Les évangiles synoptiques




puce Présentation

   

Marc est de loin le plus court évangile synoptique (673 versets seulement contre 1068 pour Matthieu et 1149 pour Luc). C'est aussi le plus frustre (son grec est particulièrement pauvre et maladroit) mais cependant peut-être le plus vivant par ses récits très riches en détails. Cet évangile a été longtemps négligé au profit des autres synoptiques, mais actuellement, de nombreux commentaires étudient le texte de Marc avec attention, dans la mesure où ce dernier est à la base des autres synoptiques.

Dès le début de son texte Marc indique son propos: Commencement de l'Évangile de Jésus Christ, Fils de Dieu. Son objet va donc être de révéler Jésus à la fois comme Messie et comme Fils de Dieu. Pour ce faire, l'auteur va privilégier les récits aux discours (Matthieu adoptera la position diamétralement opposée). A de nombreuses reprises se pose la question de l'identité de Jésus, comme s'il était important de ne pas l'enfermer dans des définitions trop limitatives. Au terme de l'évangile, c'est un païen, le centurion chargé de superviser l'exécution de Jésus qui s'écrira " Vraiment cet homme était fils de Dieu ! "  (15,39).

L'évangile s'attache à suivre Jésus tout au long de son parcours public. Il ne comporte pas de récits de l'enfance (propres à Mt et Lc), ni ne fait référence à la préexistence de Jésus comme le fera l'évangile de Jean. Ses bornes sont les deux "baptêmes" de Jésus: celui, inaugural, dans le Jourdain; et celui, terminal, de la Passion. Entre ces deux épisodes, un troisième, central, celui de la Transfiguration (9,2-7) qui lève aussi le voile sur l'identité de Jésus : Mc 9,7 Et une nuée survint qui les prit sous son ombre, et une voix partit de la nuée : " Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; écoutez-le. "

Jésus est Fils de Dieu. Il est aussi le Messie. C'est également au centre de l'évangile que Pierre attribue ce titre à Jésus : Et lui leur demandait: «Et vous, qui dites-vous que je suis?» Prenant la parole, Pierre lui répond: «Tu es le Christ.»  (8,29).

Dans son récit, Marc ne passe pas sous silence des épisodes ou des paroles problématiques. Il insiste sur le silence qui doit accompagner la révélation du titre messianique. A plusieurs reprises, Jésus ordonne aux personnes qu'il a guérit de se taire (sans succès d'ailleurs). Même consigne de silence aux démons qui prétendent le connaître en tant que Fils de Dieu. L'humanité de Jésus est mise en relief: il est surpris par l'incrédulité de ses proches (6,6), il est incapable d'opérer des miracles sans la foi des participants, il peine parfois à obtenir la guérison escomptée (7,32-35 et 8,22-25), il avoue son ignorance quant à la date du jugement dernier (13,32)...

Les proches de Jésus ne sont pas épargnés par le récit. Sa famille ne comprend pas qui il est veut se saisir de lui car elle pense qu'il a perdu la tête (3,21). Les apôtres sont décrits avec réalisme, avec leurs qualités, certes, mais aussi avec leurs nombreux défauts: difficultés à admettre qui est Jésus, jalousies et rivalités en leur sein (9,33-34 par ex.), fanfarons mais peureux, finissant par abandonner Jésus au moment où il a le plus besoin d'aide (14,50). Marc insiste surtout sur leur inintelligence (car ils n'avaient pas compris le miracle des pains, mais leur esprit était bouché... 6,52 Voir aussi 8,14-21 ou 9,9ss). L'apôtre Pierre fait particulièrement l'objet du regard acéré du narrateur.
 

pucePlan

I- Préparation du ministère de Jésus

II- Ministère de Jésus en Galilée

1- Le ministère inaugural

  • début de la prédication 1,14-15
  • appel des premiers disciples 1,16-20
  • la journée à Capharnaüm 1,21-34
  • enseignement et guérison à la synagogue 1,21-28
  • guérison de la belle-mère de Simon 1,29-31
  • guérisons multiples 1,32-34
  • mission en Galilée 1,35-39
  • guérison d'un lépreux 1,40-45

2- Conflit avec les Pharisiens

  • guérison d'un paralysé et discussion sur le pouvoir de remettre les péchés 2,1-12
  • appel de Lévi et discussion sur la fréquentation des pécheurs 2,13-17
  • discussion sur le jeûne 2,18-22
  • controverse sur le sabbat
    • au sujet de la cueillette des épis 2,23-28
    • au sujet d'une guérison 3,1-6

3- Montée en puissance du ministère de Jésus

  • l'enthousiasme des foules 3,7-12
  • l'appel des douze apôtres 3,13-19
  • l'opposition des parents de Jésus 3,20-21
  • la controverse sur les exorcismes 3,22-27
  • le blasphème contre l'Esprit Saint 3,28-30
  • la vraie parenté de Jésus 3,31-35
  • le discours en parabole
    • présentation 4,1-2
    • la parabole du semeur 4,3-20
    • la parabole de la lampe 4,21-23
    • la parabole de la mesure 4,24-25
    • la parabole de la semence 4,26-29
    • la parabole du grain de sénevé 4,30-32
    • conclusion du discours en parabole 4,33-34

4- Miracles et enseignement

5- Séjour dans la Phénicie et dans la Décapole

  • la demande de la Syro-Phénicienne 7,24-30
  • guérison d'un sourd bègue 7,31-37
  • seconde multiplication des pains 8,1-9

6- Retour en Galilée

  • discussion avec les Pharisiens qui demandent un signe 8,10-13
  • discours sur le levain des Pharisiens et le levain d'Hérode 8,14-21
  • guérison d'un aveugle 8,22-26

7- la profession de foi de Césarée et ses suites

  • profession de foi de Pierre 8,27-30
  • première annonce de la Passion et réprimande de Pierre 8,31-33
  • conditions pour suivre Jésus 8,34-38
  • annonce de la venue du royaume de Dieu 9,1
  • la Transfiguration 9,2-10
  • le retour d'Elie 9,11-13
  • guérison d'un muet 9,14-29
  • deuxième annonce de la Passion 9,30-32
  • discussion pour savoir qui est le plus grand 9,33-37
  • l'usage du nom de Jésus 9,38-40
  • enseignements divers 9,41-50

III- La montée à Jérusalem

IV- Séjour à Jérusalem

V- La Passion

VI- Après la Résurrection

 

puceHistoire de la rédaction

L'auteur

Du point de vue narratif, l'auteur de cet évangile reste parfaitement anonyme et n'intervient pas directement dans son récit (à la différence de Luc qui rédige un prologue à la première personne). La tradition qui attribue l'évangile à Marc remonte, comme pour Matthieu, à Papias transmis par Eusèbe de Césarée : Marc, qui était l'interprète de Pierre, a écrit avec exactitude, mais pourtant sans ordre, tout ce dont il se souvenait de ce qui avait été dit ou fait par le Seigneur. (Histoire ecclésiatsique III,39,15). Papias dit tenir cette information d'un autre personnage, Jean le Presbytre, mal connu par ailleurs. Cette notice soulève plus de questions qu'elle n'apporte de réponses... Que signifie le terme "interprète" de Pierre ? Pourquoi affirmer à la fois l'exactitude et le désordonnement de l'évangile ? Par ailleurs, on ne peut pas dire que l'évangile n'ait pas d'ordre. Il suit un plan à la fois théologique et chronologique.

Ultérieurement, ce Marc a été identifié à un autre personnage du Nouveau Testament: Jean-Marc, un judéo-chrétien de la communauté de Jérusalem (Ac 12,12) cousin de Barnabé selon Col 4,10. Jean-Marc a été un collaborateur de Paul avant qu'une querelle ne les sépare définitivement (Ac 13,3 ; 15,37-39).

D'un point de vue critique, ces données résistent difficilement à l'examen. Il est peu vraisemblable que l'enseignement de Pierre, pêcheur galiléen, puisse comporter une telle ignorance de la géographie de sa région d'origine. Les liens avec le vocabulaire des lettres de Paul (les "paulinismes" dans le jargon exégétique...) sont également très ténus, beaucoup plus que ce que l'on serait en droit d'attendre d'un proche collaborateur de l'apôtre.

On peut cependant déduire quelques éléments sur l'auteur à partir de son texte : bien qu'écrit en grec, il maîtrise mal cette langue. Son expression est pauvre et sa syntaxe maladroite. En revanche, on repère de nombreux sémitismes (tournures de phrase selon la syntaxe araméenne).

Lieu et date de composition

La tradition a depuis longtemps situé la composition de l'évangile à Rome. On trouve de fait certains latinismes dans l'évangile, mais cela reste insuffisant pour situer le lieu de composition car ces tournures de phrases s'étaient répandues dans tout l'empire. Dans la mesure où les autres évangélistes ont connu rapidement l'oeuvre de Marc et l'on intégrée dans leur propre composition, on peut supposer que l'évangile a été diffusé à partir d'un lieu présentant un certain rayonnement. D'autres villes ont été proposées : essentiellement Alexandrie et Antioche. Un petit nombre de commentaires s'attachent également à défendre une origine palestinienne de l'ouvrage.

La datation de l'évangile se base essentiellement sur le discours eschatologique qui semble situer la prise de Jérusalem comme imminente. On date habituellement l'évangile comme proche de 70.

La communauté de destination

L'ignorance manifeste des destinataires pour la tradition juive laisse à penser que Marc écrit pour des chrétiens venus majoritairement du monde païen. Si l'auteur appartient quant à lui au monde juif, il ne représente certainement pas le judaïsme des scribes avec lequel il manifeste pour le moins certaines distances (ou ignorances ?). Sa communauté de destination semble commencer à prendre ses distances avec le judaïsme, après que la fièvre eschatologique soit partiellement retombée.

 

puceUn texte représentatif : Mc 4,35-6,56

La tempête apaisée

4,35 Ce jour-là, le soir venu, il leur dit : " Passons sur l'autre rive. " 36 Et laissant la foule, ils l'emmènent, comme il était, dans la barque ; et il y avait d'autres barques avec lui. 37 Survient alors une forte bourrasque, et les vagues se jetaient dans la barque, de sorte que déjà elle se remplissait. 38 Et lui était à la poupe, dormant sur le coussin. Ils le réveillent et lui disent : " Maître, tu ne te soucies pas de ce que nous périssons ? " 39 S'étant réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : " Silence ! Tais-toi ! " Et le vent tomba et il se fit un grand calme. 40 Puis il leur dit : " Pourquoi avez-vous peur ainsi ? N'avez-vous pas encore de foi ? " 41 Alors ils furent saisis d'une grande crainte et ils se disaient les uns aux autres : " Qui est-il donc celui-là, que même le vent et la mer lui obéissent ? "


L'exorcisme au pays des Géraséniens

5,1 Ils arrivèrent sur l'autre rive de la mer, au pays des Géraséniens. 2 Et aussitôt que Jésus eut débarqué, vint à sa rencontre, des tombeaux, un homme possédé d'un esprit impur : 3 il avait sa demeure dans les tombes et personne ne pouvait plus le lier, même avec une chaîne, 4 car souvent on l'avait lié avec des entraves et avec des chaînes, mais il avait rompu les chaînes et brisé les entraves, et personne ne parvenait à le dompter. 5 Et sans cesse, nuit et jour, il était dans les tombes et dans les montagnes, poussant des cris et se tailladant avec des pierres. 6 Voyant Jésus de loin, il accourut, se prosterna devant lui 7 et cria d'une voix forte : " Que me veux-tu, Jésus, fils du Dieu Très Haut ? Je t'adjure par Dieu, ne me tourmente pas ! " 8 Il lui disait en effet : " Sors de cet homme, esprit impur ! " 9 Et il l'interrogeait : " Quel est ton nom ? " Il dit : " Légion est mon nom, car nous sommes beaucoup. " 10 Et il le suppliait instamment de ne pas les expulser hors du pays. 11 Or il y avait là, sur la montagne, un grand troupeau de porcs en train de paître. 12 Et les esprits impurs supplièrent Jésus en disant : " Envoie-nous vers les porcs, que nous y entrions. " 13 Et il le leur permit. Sortant alors, les esprits impurs entrèrent dans les porcs et le troupeau se précipita du haut de l'escarpement dans la mer, au nombre d'environ deux mille, et ils se noyaient dans la mer. 14 Leurs gardiens prirent la fuite et rapportèrent la nouvelle à la ville et dans les fermes ; et les gens vinrent pour voir qu'est-ce qui s'était passé. 15 Ils arrivent auprès de Jésus et ils voient le démoniaque assis, vêtu et dans son bon sens, lui qui avait eu la Légion, et ils furent pris de peur. 16 Les témoins leur racontèrent comment cela s'était passé pour le possédé et ce qui était arrivé aux porcs. 17 Alors ils se mirent à prier Jésus de s'éloigner de leur territoire. 18 Comme il montait dans la barque, l'homme qui avait été possédé le priait pour rester en sa compagnie. 19 Il ne le lui accorda pas, mais il lui dit : " Va chez toi, auprès des tiens, et rapporte-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. " 20 Il s'en alla donc et se mit à proclamer dans la Décapole tout ce que Jésus avait fait pour lui, et tout le monde était dans l'étonnement.

Guérison d'une femme et de la fille de Jaïre

21 Lorsque Jésus eut traversé à nouveau en barque vers l'autre rive, une foule nombreuse se rassembla autour de lui, et il se tenait au bord de la mer. 22 Arrive alors un des chefs de synagogue, nommé Jaïre, qui, le voyant, tombe à ses pieds 23 et le prie avec instance : " Ma petite fille est à toute extrémité, viens lui imposer les mains pour qu'elle soit sauvée et qu'elle vive. " 24 Il partit avec lui, et une foule nombreuse le suivait, qui le pressait de tous côtés. 25 Or, une femme atteinte d'un flux de sang depuis douze années, 26 qui avait beaucoup souffert du fait de nombreux médecins et avait dépensé tout son avoir sans aucun profit, mais allait plutôt de mal en pis, 27 avait entendu parler de Jésus ; venant par derrière dans la foule, elle toucha son manteau. 28 Car elle se disait : " Si je touche au moins ses vêtements, je serai sauvée. " 29 Et aussitôt la source d'où elle perdait le sang fut tarie, et elle sentit dans son corps qu'elle était guérie de son infirmité. 30 Et aussitôt Jésus eut conscience de la force qui était sortie de lui, et s'étant retourné dans la foule, il disait " Qui a touché mes vêtements ? " 31 Ses disciples lui disaient : " Tu vois la foule qui te presse de tous côtés, et tu dis : Qui m'a touché ? " 32 Et il regardait autour de lui pour voir celle qui avait fait cela. 33 Alors la femme, craintive et tremblante, sachant bien ce qui lui était arrivé, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité. 34 Et il lui dit : " Ma fille, ta foi t'a sauvée ; va en paix et sois guérie de ton infirmité. " 35 Tandis qu'il parlait encore, arrivent de chez le chef de synagogue des gens qui disent : " Ta fille est morte ; pourquoi déranges-tu encore le Maître ? " 36 Mais Jésus, qui avait surpris la parole qu'on venait de prononcer, dit au chef de synagogue : " Sois sans crainte, aie seulement la foi. " 37 Et il ne laissa personne l'accompagner, si ce n'est Pierre, Jacques et Jean, le frère de Jacques. 38 Ils arrivent à la maison du chef de synagogue et il aperçoit du tumulte, des gens qui pleuraient et poussaient de grandes clameurs. 39 Étant entré, il leur dit : " Pourquoi ce tumulte et ces pleurs ? L'enfant n'est pas morte, mais elle dort. " 40 Et ils se moquaient de lui. Mais les ayant tous mis dehors, il prend avec lui le père et la mère de l'enfant, ainsi que ceux qui l'accompagnaient, et il pénètre là où était l'enfant. 41 Et prenant la main de l'enfant, il lui dit : " Talitha koum ", ce qui se traduit : " Fillette, je te le dis, lève-toi ! " 42 Aussitôt la fillette se leva et elle marchait, car elle avait douze ans. Et ils furent saisis aussitôt d'une grande stupeur. 43 Et il leur recommanda vivement que personne ne le sût et il dit de lui donner à manger.

Séjour de Jésus à Nazareth

6,1 Étant sorti de là, il se rend dans sa patrie, et ses disciples le suivent. 2 Le sabbat venu, il se mit à enseigner dans la synagogue, et le grand nombre en l'entendant étaient frappés et disaient : " D'où cela lui vient-il ? Et qu'est-ce que cette sagesse qui lui a été donnée et ces grands miracles qui se font par ses mains ? 3 Celui-là n'est-il pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joset, de Jude et de Simon ? Et ses soeurs ne sont-elles pas ici chez nous ? " Et ils étaient choqués à son sujet. 4 Et Jésus leur disait : " Un prophète n'est méprisé que dans sa patrie, dans sa parenté et dans sa maison. " 5 Et il ne pouvait faire là aucun miracle, si ce n'est qu'il guérit quelques infirmes en leur imposant les mains. 6 Et il s'étonna de leur manque de foi. Il parcourait les villages à la ronde en enseignant.

Envoi des apôtres en mission

7 Il appelle à lui les Douze et il se mit à les envoyer en mission deux à deux, en leur donnant pouvoir sur les esprits impurs. 8 Et il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route qu'un bâton seulement, ni pain, ni besace, ni menue monnaie pour la ceinture, 9 mais : " Allez chaussés de sandales et ne mettez pas deux tuniques. " 10 Et il leur disait : " Où que vous entriez dans une maison, demeurez-y jusqu'à ce que vous partiez de là. 11 Et si un endroit ne vous accueille pas et qu'on ne vous écoute pas, sortez de là et secouez la poussière qui est sous vos pieds, en témoignage contre eux. " 12 Étant partis, ils prêchèrent qu'on se repentît ; 13 et ils chassaient beaucoup de démons et faisaient des onctions d'huile à de nombreux infirmes et les guérissaient.

Propos d'Hérode sur Jésus

14 Le roi Hérode entendit parler de lui, car son nom était devenu célèbre, et l'on disait : " Jean le Baptiste est ressuscité d'entre les morts ; d'où les pouvoirs miraculeux qui se déploient en sa personne. " 15 D'autres disaient : " C'est Élie. " Et d'autres disaient : " C'est un prophète comme les autres prophètes. " 16 Hérode donc, en ayant entendu parler, disait : " C'est Jean que j'ai fait décapiter, qui est ressuscité ! "

Exécution de Jean-Baptiste

17 En effet, c'était lui Hérode qui avait envoyé arrêter Jean et l'enchaîner en prison, à cause d'Hérodiade, la femme de Philippe son frère qu'il avait épousée. 18 Car Jean disait à Hérode : " Il ne t'est pas permis d'avoir la femme de ton frère. " 19 Quant à Hérodiade, elle était acharnée contre lui et voulait le tuer, mais elle ne le pouvait pas, 20 parce qu'Hérode craignait Jean, sachant que c'était un homme juste et saint, et il le protégeait ; quand il l'avait entendu, il était fort perplexe, et c'était avec plaisir qu'il l'écoutait. 21 Or vint un jour propice, quand Hérode, à l'anniversaire de sa naissance, fit un banquet pour les grands de sa cour, les officiers et les principaux personnages de la Galilée : 22 la fille de ladite Hérodiade entra et dansa, et elle plut à Hérode et aux convives. Alors le roi dit à la jeune fille : " Demande-moi ce que tu voudras, je te le donnerai. " 23 Et il lui fit un serment : " Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, jusqu'à la moitié de mon royaume ! " 24 Elle sortit et dit à sa mère : " Que vais-je demander ? " - " La tête de Jean le Baptiste ", dit celle-ci. 25 Rentrant aussitôt en hâte auprès du roi, elle lui fit cette demande : " Je veux que tout de suite tu me donnes sur un plat la tête de Jean le Baptiste. " 26 Le roi fut très contristé, mais à cause de ses serments et des convives, il ne voulut pas lui manquer de parole. 27 Et aussitôt le roi envoya un garde en lui ordonnant d'apporter la tête de Jean. 28 Le garde s'en alla et le décapita dans la prison ; puis il apporta sa tête sur un plat et la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère. 29 Les disciples de Jean, l'ayant appris, vinrent prendre son cadavre et le mirent dans un tombeau.

Retour des apôtres et première multiplication des pains

30 Les apôtres se réunissent auprès de Jésus, et ils lui rapportèrent tout ce qu'ils avaient fait et tout ce qu'ils avaient enseigné. 31 Et il leur dit : " Venez vous-mêmes à l'écart, dans un lieu désert, et reposez-vous un peu. " De fait, les arrivants et les partants étaient si nombreux que les apôtres n'avaient pas même le temps de manger. 32 Ils partirent donc dans la barque vers un lieu désert, à l'écart. 33 Les voyant s'éloigner, beaucoup comprirent, et de toutes les villes on accourut là-bas, à pied, et on les devança. 34 En débarquant, il vit une foule nombreuse et il en eut pitié, parce qu'ils étaient comme des brebis qui n'ont pas de berger, et il se mit à les enseigner longuement. 35 L'heure étant déjà très avancée, ses disciples s'approchèrent et lui dirent : " L'endroit est désert et l'heure est déjà très avancée ; 36 renvoie-les afin qu'ils aillent dans les fermes et les villages d'alentour s'acheter de quoi manger. " 37 Il leur répondit : " Donnez-leur vous-mêmes à manger. " Ils lui disent : " Faudra-t-il que nous allions acheter des pains pour deux cents deniers, afin de leur donner à manger ? " 38 Il leur dit : " Combien de pains avez-vous ? Allez voir. " S'en étant informés, ils disent : " Cinq, et deux poissons. " 39 Alors il leur ordonna de les faire tous s'étendre par groupes de convives sur l'herbe verte. 40 Et ils s'allongèrent à terre par carrés de cent et de cinquante. 41 Prenant alors les cinq pains et les deux poissons, il leva les yeux au ciel, il bénit et rompit les pains, et il les donnait à ses disciples pour les leur servir. Il partagea aussi les deux poissons entre tous. 42 Tous mangèrent et furent rassasiés ; 43 et l'on emporta les morceaux, plein douze couffins avec les restes des poissons. 44 Et ceux qui avaient mangé les pains étaient cinq mille hommes.

La marche sur la mer

45 Et aussitôt il obligea ses disciples à monter dans la barque et à le devancer sur l'autre rive vers Bethsaïde, pendant que lui-même renverrait la foule. 46 Et quand il les eut congédiés, il s'en alla dans la montagne pour prier. 47 Le soir venu, la barque était au milieu de la mer, et lui, seul, à terre. 48 Les voyant s'épuiser à ramer, car le vent leur était contraire, vers la quatrième veille de la nuit il vient vers eux en marchant sur la mer, et il allait les dépasser. 49 Ceux-ci, le voyant marcher sur la mer, crurent que c'était un fantôme et poussèrent des cris ; 50 car tous le virent et furent troublés. Mais lui aussitôt leur parla et leur dit : " Ayez confiance, c'est moi, soyez sans crainte. " 51 Puis il monta auprès d'eux dans la barque et le vent tomba. Et ils étaient intérieurement au comble de la stupeur, 52 car ils n'avaient pas compris le miracle des pains, mais leur esprit était bouché.

Guérisons autour du lac

53 Ayant achevé la traversée, ils touchèrent terre à Gennésaret et accostèrent. 54 Quand ils furent sortis de la barque, aussitôt des gens qui l'avaient reconnu 55 parcoururent toute cette région et se mirent à transporter les malades sur leurs grabats, là où l'on apprenait qu'il était. 56 Et en tout lieu où il pénétrait, villages, villes ou fermes, on mettait les malades sur les places et on le priait de les laisser toucher ne fût-ce que la frange de son manteau, et tous ceux qui le touchaient étaient sauvés.
 

 

ACCUEIL - Fiches techniques - Marc